Sur Le Fil De Camille

07 août 2018

INTERVIEW : Camille dit OUÏ ! [LE BONBON]

 

cover-camille

 

Après cinq ans d’absence, Camille revient plus en vie que jamais. Pour son nouvel album OUÏ, elle a choisi le tambour comme instrument principal, qu’elle a accompagné de sa voix, d’un chœur lyrique et rythmique, et d’une touche d’électro. La pulsation, le battement de cœur en toile de fond se mêlent aux chants poétiques, livrant ainsi un disque terriblement humain. Rencontre avec l’une des artistes les plus atypiques de la chanson française.

A la base vous vouliez faire un album protestataire et finalement vous vous êtes retrouvés avec un « OUÏ ». Expliquez-nous ?

(Sourire) un oui solaire ! Le fait de grandir et d’avoir des enfants, ça amène à une prise de conscience sur l’environnement, les guerres, les problèmes sociaux etc. Et comme le chant est une tribune, on a envie d’exprimer tout ça. Cela faisait donc partie de l’enjeu de ce disque, en plus des enjeux musicaux, car pour moi le tambour ça invite au rassemblement, au questionnement, et le chant aussi c’est une prise de parole. Ce disque a donné une réponse à ces doutes, à ces peurs, et la réponse la plus forte, c’est l’ouverture. C’est ça qui amène à une forme de paix avec soi même. Et ce disque il m’a apporté cela, donc je dis OUI.

 

Ce nouvel album se caractérise par un tournant électro dans votre musique. Comment s’est-il opéré ?

Ce n’était pas une volonté à la base. Je voulais vraiment un tambour, une voix lead, un chœur lyrique et un chœur rythmique. Le Moog est un instrument électronique analogique, c’est un synthé mythique. Si j’ai appelé le disque OUI ce n’est pas par hasard, parce que dans le Moog il y a deux grand O. C’est un synthé qui a une personnalité incroyable, il est presque indomptable. Parmi tous les sons qu’il propose il fallait trouver un son qui allait dans le sens du disque, et qui avait sa place de liant, je ne voulais pas qu’il empiète sur la voix ni sur les infrabasses. L’autre instrument électronique c’est de la programmation, je l’ai choisi car il faisait le son d’un battement de cœur. C’est électro mais pour moi c’est un son très organique. Ce son a résonné et j’ai dit : ‘c’est celui là que je le veux’.

 

Comment pensez-vous avoir évolué depuis votre 1er album ?

Bien (rires). J’espère que j’évolue vers de plus en plus d’ouverture, et de plus en plus de précision. Je file le même coton, mais je suis plus dans une approche holistique de la création. Une recherche d’un alignement de tout, ce que je suis, mon corps, la voix.

 

Pourquoi avoir appelé ce disque « OUÏ » ?

C’est tout ce que vous avez envie d’entendre ou juste de voir. J’aime bien ce mot parce que même si on ne le comprend pas, que l’on n’est pas français, il raconte quelque chose, il raconte l’ouverture, la rectitude, le cercle. On y voit, on y entend ce que l’on veut.

 

Vous avez fait sensation au Printemps de Bourges. Pour vous la performance sur scène, c’est important ?

Pour moi c’est très important, c’est un aboutissement de mon travail. C’est comme le fruit mûr, il y a les racines, toute cette gestation, la sève qui monte, les feuilles, le fruit qui arrive et que l’on cueille, que l’on offre. Il n’existe pas sans la genèse, c’est le moment de l’offrande, le moment du partage, il me semble que c’est ultime.

 

Est-ce que des évènements tel que l’attentat pendant le concert d’Ariana Grande le 22 mai dernier, ça vous fait peur en tant qu’artiste ?

Je ne réponds qu’à une chose : je continue à être ce que je suis. Et quand je vais sur scène, je crois que c’est le moment où je me sens le plus en sécurité, parce que ce n’est que de l’amour. Tout le monde peut détruire l’humain. Mais ce n’est que de la matière contre de la matière, rien ne peut surpasser l’amour.

 

Dans un article, le magazine Tsugi a dit que vous aviez « la trempe d’une Bjork, voire plus ». C’est un compliment ?

Si j’ai choisis la musique, la création c’est justement parce qu’il n’y a pas de podium. Pour moi créer, c’est juste une manière d’être au monde, de montrer qu’on est tous singulier et qu’on a tous une place. On peut comparer les artistes entre eux, mais je crois que c’est complètement vain. Evidemment, Bjork c’est un maitre pour moi, mais je ne pourrais pas me comparer à elle.

 

Ce que vous aimez le plus à Paris ?

Marcher dans les rues. J’ai passé ma vie à Paris, et il y a toujours des rues qui me surprennent, notamment les petites impasses où tout à coup, on est totalement coupé du brouhaha, tout est calme.

 

Ce que vous détestez le plus à Paris ?

Les voitures. Il faudrait toutes les éradiquer !

 

Si vous étiez un bonbon ?

Un bonbon au miel (sans sucres hein !).

Posté par surlefildecamill à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


La promotion de OUÏ !

 

28 Minutes | ARTE

CAMILLE Entretien avec la chanteuse qui questionne notre rapport au monde au rythme d'un tambour et au son de voix polyphoniques. LES TALIBANS PEUVENT-ILS REPRENDRE LE POUVOIR À KABOUL ? Les analyses de Karim Pakzad, chercheur à l'Iris, Adam Baczko, chercheur à l'EHESS, et Sophie Malibeaux, chef adjointe du service international de RFI.

https://www.arte.tv

 

Camille dit " Oui " en chansons

La chanteuse Camille revient avec un tout nouvel album intitulé " Oui ". Un disque épatant et sensoriel dans lequel elle a enregistré 11 titres évoquant l'écoute. " Je me suis dirigée de plus en plus vers des morceaux plus lumineux, plus ouverts... ", a-t-elle expliqué.

https://www.bfmtv.com

 

 

 





Posté par surlefildecamill à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 août 2018

Camille sur FranceTV

 

Camille, en Live - C à vous - 18/04/2017

 

Camille, en Live - C à vous - 02/06/2017

 

On dit "Oui" au retour de Camille - C à vous - 02/06/2017

 

Camille - On n'est pas couché 17 juin 2017 #ONPC

 

Alcaline, Le Concert - Camille

Camille - Intégrale du 18/11/2017 - Thé ou Café

Posté par surlefildecamill à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

C'était Crozon

Merci à Bernard Dumas pour ce compte-rendu !!

Camille Twix @Festival Bout du Monde Crozon 5/08/2018

Face au soleil, Camille et son équipe ont livré une très belle performance au Festival du Bout du Monde à Crozon. Ce n'était pourtant pas si facile de passer sur la grande scène derrière Gaêl Faye et les Motivés qui avaient mis une sacrée ambiance. Mission accomplie : avec un set de 1h20 hyper maitrisé, le public (20.000 personnes, semble-t-il) a répondu présent et s'est même complètement lâché (déchaîné) sur les derniers morceaux comme Ta Douleur & Allez Allez Allez. Bonus et grand cadeau offert par Camille au Festival : le concert s'est terminé par un nouveau morceau que vient d'écrire Camille sur Notre Dame des Landes. Camille avait les 2 pages du texte avec elle, les paroles étant toutes "chaudes". A ce stade, nous avons eu une version sans instrument avec ses musiciens : a cappella + percussions corporelles. Bref, c'était un sacré beau moment ... vive les prochains concerts ! Souvenir avec la captation de Twix

Posté par surlefildecamill à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2018

Les dates


12 août 2018 : Luxey
15 août 2018 : Bruxelles (BE)
29 septembre 2018 : Paraty (BR)
3 octobre 2018 : Vernouillet (28)
4 octobre 2018 : Metz
5 octobre 2018 : Vesoul
10 octobre 2018 : Rambouillet

11 octobre 2018 : Vichy
12 octobre 2018 : Marseille
18 octobre 2018 : Paris (Cité de la Musique)
19 octobre 2018 : Paris (Cité de la Musique)
20 octobre 2018 : Paris (Cité de la Musique)
6 novembre 2018 : Cesson-Sévigné
7 novembre 2018 : Orléans
9 novembre 2018 : Sallanches
10 novembre 2018 : Annecy
11 novembre 2018 : Nîmes
15 novembre 2018 : Les Lilas (Pont des Artistes)
14 décembre 2018 : Saint-Dizier
15 décembre 2018 : Saint-Dizier
19 décembre 2018 : Paris (Bouffes du Nord)
20 décembre 2018 : Paris (Bouffes du Nord

Posté par surlefildecamill à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Musiques en été, Le Chien à Plumes, Au bout du monde, Camille trace sa route !

38658565_10157732605668378_3446811697145184256_n[1]

Camille trace sa route, sans doutes une dernière ligne droite mais que c'est bon de la voir déchaînée ! 

tete_

Définitivement, on ne sait pas si Camille connaît ce mot tellement elle ne s'arrête pas pour le Ouï Tour. Donc, 3 dates cette semaines en faisant des centaines, des centaines et des centaines de kilomètre, il faut le faire, sous cette chaleur ! 

 

D'abord, en Suisse, c'était beau, c'était chouette "Lacleman...", sur la scène Ella Fitzegrald, comme un souffle d'hommage à cette grande dame de la musique Américaine, du jazz noir du siècle dernier. D'ailleurs, en parlant de siècle, Camille est l'une des artistes faisant le plus de festival cette année et en 2017... plus d'une vingtaine de festival, énorme. 

Puis il y a eu le CHIEN A PLUMES, les 23 ans de ce petit festival devenu grand, qui ne cesse de grandir, la Champagne Ardenne, quelle joie ! Que de beaux moments.

"TWIX" qui résonne à chaque fois que Camille chante cette chanson,c'est si bon ces mots qui font du bien, cette bouffée d'air pur, ce nouveau souffle, pas si nouveau que ça, mais c'est Camille... 

 

Et la Bretagne ! 

 

Posté par surlefildecamill à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

[SUITE], Camille, en mode cuisinière !


befda48_2018032445

 

(article via le monde)

Si la cuisine vient du cœur, la musique vient de l’estomac. » Ces paroles du morceau Je ne mâche pas mes mots, je les ressens profondément. J’étais déjà sensible à la cause du bien-manger avant d’avoir des enfants, mais la maternité m’a encore plus éveillée aux questions alimentaires. J’ai découvert le bonheur de nourrir avec mon corps, grâce à l’amour d’un homme, que je raconte dans Fontaine de lait : « Et voilà que je fais/Une fontaine de lui/Et voilà que je suis/Une fontaine de lait. » Allaiter est sûrement l’une des plus belles choses que j’ai jamais vécues, une expérience fondamentale et une grande sensation de liberté.

Aujourd’hui, mes enfants ont 7 et 4 ans, et je m’interroge beaucoup sur ce qui est nourricier – la nourriture première, comment elle a poussé, comment elle est cueillie, l’énergie vitale, qui est aussi de l’information. Les produits industriels, surtransformés et suremballés, c’est de la désinformation, une déperdition d’énergie et de vie. L’industrie poussée à son paroxysme est morbide, elle ne crée rien de vivant. Tandis que, si tu plantes un pommier, ça germe, ça pousse, ça se démultiplie. Un pommier produit des milliers et des milliers de graines, pour engendrer de nouveaux arbres. C’est tellement émouvant, tellement fort toutes ces graines. C’est cela qu’il faut manger.

Je dis ce qui me paraît être le bon sens, ce qui me convient à moi. Je ne suis pas donneuse de leçons, mais, vu l’état du monde, on devrait quand même arrêter les steaks. Et aussi arrêter de manipuler et de privatiser le vivant. En chantant Seeds en concert, l’autre jour, je me suis rendu compte que je me parlais à moi-même. « How can you buy them/[…] How can you spoil them ? » (« comment peux-tu les acheter/comment peux-tu les gâcher ») – parce que j’ai acheté des graines pour faire mon potager et que déjà, ça, c’est obscène. La nature nous donne ses graines gratuitement. On ne devrait ni les acheter ni les vendre. Et tout le monde devrait pouvoir devenir autosuffisant en matière de nourriture…

J’apprends à « dé-cuisiner ». Je ne stresse plus si je n’ai pas le temps de faire à manger. Ce n’est pas grave si un jour on fait un repas de tartines, de légumes crus, d’une simple soupe. J’essaie de me rapprocher des choses premières. Pour le goûter, on mange des fruits – les gâteaux, c’est pour les fêtes. Mais il fallait quand même trouver un truc attrayant pour les enfants, pour remplacer cette fameuse pâte que tout le monde adore. C’est comme ça que je me suis mise à faire du dattella, une pâte à tartiner sans sucre, sauf celui des fruits. C’est une invention machiavélique pour plaire aux enfants… Et que j’aime autant qu’eux.

https://www.lemonde.fr/m-gastronomie/article/2018/03/23/recette-le-dattella-de-camille_5275474_4497540.html

 

 

Posté par surlefildecamill à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Camille en mode cuisinière !

cac23e6_2018032445

(via Le Monde) 

Le Datella, le futur Nutella bio/vegan ?

Quelle pâte à tartiner choisir quand on est soucieux du bien-manger et de l’environnement ? Du datella, à base de dattes, purée de noisettes et cacao, répond la chanteuse.

Temps de préparation : 20 min

Temps de repos : 12 h

Difficulté : très facile

Ingrédients pour 2 pots (de 150 g environ)

  • 300 g de belles dattes (ou pâte de dattes)
  • 2 à 3 c. à s. de purée de noisettes non sucrée
  • 1 à 2 c. à s. de poudre de cacao cru
  • 50 à 100 g de noisettes concassées

Etape 1 : la préparation des dattes

Faire tremper les dattes dans de l’eau pour les ramollir, pendant quelques heures ou toute une nuit si elles sont trop sèches. Egoutter en réservant l’eau de trempage.

Etape 2 : le mixage

Dans un blender ou un mortier, mixer les dattes avec la purée de noisettes et le cacao. Ajuster la consistance en ajoutant l’eau de trempage. Ajouter les éclats de noisettes. Se conserve plusieurs semaines au frais.

Etape 3 : les alternatives

On peut également faire de la pâte à tartiner avec des abricots secs trempés, de la purée d’amandes crues et de la cannelle. On peut aussi remplacer le cacao par de la poudre de caroube. Et l’on dosera les quantités des ingrédients selon son goût et ses envies.

Une invention machiavélique

Sensible à la cause du bien-manger depuis plusieurs années, la chanteuse Camille est encore plus réceptive à cette question depuis qu’elle est devenue mère de famille. « Aujourd’hui, mes enfants ont 7 et 4 ans, et je m’interroge beaucoup sur ce qui est nourricier, explique la chanteuse. Les produits industriels, surtransformés et suremballés, c’est de la désinformation, une déperdition d’énergie et de vie. » Bien sûr, il faut parfois ruser, notamment quand il s’agit de concurrencer le Nutella. « Il fallait quand même trouver un truc attrayant pour les enfants, pour remplacer cette fameuse pâte que tout le monde adore. C’est comme ça que je me suis mise à faire du dattella, une pâte à tartiner sans sucre, sauf celui des fruits. C’est une invention machiavélique pour plaire aux enfants… Et que j’aime autant qu’eux. »

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

 

Posté par surlefildecamill à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Camille en tournée !

Le OUÏTOUR continue de faire sa ballade... Le Brésil l'attend dorénavant ! 

 

5 août 2018 : Crozon
12 août 2018 : Luxey
15 août 2018 : Bruxelles (BE)
29 septembre 2018 : Paraty (BR)
3 octobre 2018 : Vernouillet (28)
4 octobre 2018 : Metz
5 octobre 2018 : Vesoul
10 octobre 2018 : Rambouillet

38420337_2212940225649257_7660130290458689536_n[1]


11 octobre 2018 : Vichy
12 octobre 2018 : Marseille
18 octobre 2018 : Paris (Cité de la Musique)
19 octobre 2018 : Paris (Cité de la Musique)
20 octobre 2018 : Paris (Cité de la Musique)
6 novembre 2018 : Cesson-Sévigné
7 novembre 2018 : Orléans
9 novembre 2018 : Sallanches
10 novembre 2018 : Annecy
11 novembre 2018 : Nîmes
15 novembre 2018 : Les Lilas (Pont des Artistes)
14 décembre 2018 : Saint-Dizier
15 décembre 2018 : Saint-Dizier
19 décembre 2018 : Paris (Bouffes du Nord)
20 décembre 2018 : Paris (Bouffes du Nord)

Posté par surlefildecamill à 15:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]